foils

Primé au Nautic pour sa technologie de vol à foils Seair travaille sur un monocoque de 40 pieds

Avec le premier vol du Mini 747 en 2017, SEAir est aujourd'hui un acteur incontournable dans la création de ses solutions de vols en foils. Il aura fallu 2 années d’études pour faire voler le monocoque. Seair voit plus grand en 2018 avec un monocoque de 40 pieds(12 m). Le choix récent des néozélandais d'un monocoque à foils pour la prochaine coupe de l'América, l'AC75, place la société lorientaise sur les rangs pour fournir sa technologie de foils.

Le bureau d’étude de SEAir, société fondée par Richard Forest et Bertrand Castelnerac, travaille  sur le futur monocoque de 40 pieds avec un 1er bateau en 2018. 6 acquéreurs potentiels se seraient déjà portés candidat. C'est la suite logique du premier vol du Mini 747 en 2017.

« Imaginer une lignée de grands frères, à commencer par les 40 pieds, devient donc tout naturel. Les études menées, les travaux en atelier et les essais nous ont amené à nous poser des questions essentielles. Pour faire évoluer ce type de bateaux, le temps est long et incompressible. Il est certain que, quelle que soit la taille du bateau construit sur ces principes, il sera plus rapide que tous les autres de la même taille dans la plupart des conditions » analyse Bertrand Castelnerac, co-fondateur de SEAir SEAir.

La première esquisse du 40 pieds

clas40_foil_0.jpg

 

Les monocoques volants de l'América Cup ?

Les futurs monocoque à foils AC75 de la coupe de l'América sont en ligne de mire
SEAir a développé une technologie pour la fabrication robotisée de foils full carbone qui intéresse déjà 3 équipes engagées dans la prochaine coupe. 

« Les futurs monocoques AC75 « Full flying » futurs monocoques AC75 « Full flying » annoncés pour la Coupe de l’America Coupe de l’America viennent donc conforter SEAir SEAir dans ses recherches, et notamment dans l’importance que nous accordons au « canting » de foil. Si ce mouvement pendulaire latéral ne nous sert pas à la rétractabilité du foil, il nous apporte la stabilité en mer, en gérant la hauteur de sa pointe. Par ailleurs, à voir ces pièces complexes et contraintes que sont les foils les AC75, la question se pose de savoir qui aujourd’hui est capable de les fabriquer sans frémir. C’est ici que les travaux de SEAir SEAir dans la fabrication robotisée de foils full la fabrication robotisée de foils full carbone carbone décuplent d’importance. Ces nombreux sujets d’investigation nous ont permis de discuter déjà avec trois équipes différentes engagées dans la Coupe de l’America » compléte Bertrand Castelnerac

Lundi 11 décembre 2017 • seair