Minitransat

Quentin Vlamynck, 24 ans, sur le Mini Arkema 3, un concentré de technologie 100% recyclable

Le Mini 6.50 Arkema est un prototype au design novateur avec son étrave arrondie. C'est un concentré d'innovations. Il est équipé de foils orientables, une quille pendulaire, une voile rigide, et à l'avant un étai pivotant bout-dehors rétractable… Mais c'est aussi un bateau 100% recyclable selon ses concepteurs, grâce aux matériaux nouvelle génération d'Arkema.
Quentin Vlamynck à la barre de cette « bête de course » sera au départ de la  minitransat le 1 er octobre avec les 81 concurrents de l'édition 2017  à la Rochelle. Cap sur Martinique via l’Archipel des Canaries, 4 050 milles nautiques à parcourir.

Un monocoque du futur recyclable

La construction de ce bateau a été envisagée dès le départ comme un véritable projet de recherche.
La coque et le pont de ce bateau de 6 mètres 50 ont été intégralement réalisés en composite thermoplastique recyclable, grâce à la résine Elium®, infusée avec de la fibre de carbone. Cette résine liquide acrylique a toutes les propriétés mécaniques des résines utilisées classiquement en construction navale, mais elle est recyclable contrairement à ces derniers.
Elle n’avait jamais été utilisée dans ce type de fabrication. 

Arkema 3, des foils, mais pas un bateau volant

Les foils qui équipent Arkéma 3 sont du même type que ceux des Imoca donc trop juste pour lever la coque du bateau entièrement hors de l'eau. A grande vitesse il faut les relever comme des dérives classiques. 

arkema3_01.jpg

Quentin Vlamynck

Il est membre du Pôle France de La Rochelle, où il a bénéficié d’un entraînement complet aux côtés d’une vingtaine d’autres skippers, en vue de la Mini Transat 2017. Il bénéficie aussi de l'expérience de son mentor Lalou Roucayrol initiateur du projet qui prépare sur son chantier du Verdon en Gironde son Multi50 Arkema, pour la Jacques Vabre.

 

Lundi 11 septembre 2017 • Arkema