Grande plaisance

En PACA, le cri d'alarme des professionnels de la grande plaisance de Riviera Yachting Network

Ils s'estiment victime d'une concurrence déloyale vis à vis de l'Italie et de l'Espagne. En cause la taxe sur les carburants mois onéreuse dans les pays voisins ainsi que les charges sociales des équipages français des grands yachts qui favoriseraient les recrutements chez leurs voisins tout proches.
Les 90 professionnels regroupés dans "Riviera Yachting Network", ont fait leurs comptes : depuis 3 ans, les yachts partent se ravitailler et faire leurs réparations notamment en Italie et en Espagne. Les chantiers navals de la Méditerranée française risquent perdre gros ainsi que la sous-traitance et les emplois indirects liés à la fréquentation des ports français.

 

 

Les professionnels de la grand plaisance font leurs comptes

6500 yachts de plus de 24 mètres dans le monde (8 à 80 membres d’équipage pour 10 à 12 passagers).
1 250 000 euros de dépenses annuelles pour un yacht de 30 à 40 mètres. Un yacht mesure en moyenne 42 mètres.
21 000 euros d’économie (pour un yacht de 42 m) par semaine pour un yacht qui fait le plein de gasoil en Italie. La taxe sur le gasoil maritime (TICPE) entraîne un surcoût préjudiciable aux yachts séjournant en France.

300 000 euros de surcoût (pour un yacht de 7 membres) par an pour un équipage de 7 personnes, en raison des charges sociales liées à l’affiliation des marins embarqués sur pavillon étranger.
La grande plaisance est une filière industrielle et touristique de premier ordre en France et notamment pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur avec un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros par an.

gp02.jpg

L’impact sur les ports du Var et des Alpes-Maritimes

Il est le même que sur les chantiers navals, avec le constat par les professionnels d’une baisse de l’activité pouvant aller jusqu’à 50%. L’industrie est touchée dans sa globalité car les propriétaires ainsi que les équipages dépensent et consomment français quand ils sont dans un port ou dans un chantier. Quand l’industrie de la grande plaisance perd des bateaux, ce n’est pas simplement le chiffre d’affaires d’une entreprise qui est impacté mais les retombées économiques de l’ensemble de la chaîne. 

Lundi 10 juillet 2017 • Riviera Yachting Network