Innovation environnement

Au cap d'Agde, des micro-récifs pour restaurer la biodiversité des fonds marins

Le projet vient d'être retenu par le Ministère de l'Environnement. "Recif'lab" propose la restauration écologique de plusieurs infrastructures maritimes du littoral du Cap d'Agde, en lien avec la biodiversité marine.
Il concerne le port et la bande côtière des 300 mètres avec des amnagements sous-marins, des corps morts avec microrécifs artificiels et «roselières», l’île de Brescou, un nouveau ponton fixe avec microrécifs et le Roc de Brescou, au large, des récifs artificiels paysagers pour la plongée, afin de protéger le coralligène.

L'aide l'état

Recif'lab sera doté d'un financement de 60 % de la part de l'État. Soit quelque 700 000 € sur une enveloppe estimée à 1,2 M€ sur 3 ans.
Ce coup de pouce financier permettra au Cap d'Agde d'expérimenter des technologies innovantes en matière d'ingénierie écologique sous-marine. Des savoir-faire qui pourraient ensuite être dupliqués ailleurs sur le littoral.

Des micro-récifs immergés

L'avant-port du Cap-d'Agde est concerné avec des actions au niveau des corps-morts, ces blocs de béton immergés dans les zones de mouillage. Seront installées des roselières, des herbiers artificiels le long des quais pour favoriser la reproducrtion des poisson et des micro-organismes sous-marins.

D'autres micro-récifs seront immergés en mer sur la bande des 300 m, pour permettre la reproduction des poissons sous des bouées de balisage. 6 modules seront  installés en juin et le soutien financier de l'État permettra d'étendre l'équipement à 30 à 40 bouées.
A Brescou un ponton fixe  sera créé dans le même esprit avec cette même vocation sous-marine écologique, couplée à la réintroduction d'algues spécifiques.

CapAgde02.jpg
L'île de Brescou

Des "coins" pour les plongeurs

Au large de Brescou, Récif'lab propose d'installer d'autres récifs artificiels adaptés à la plongée, pour mieux protéger les sites coralligènes très riches. 

CapAgde023.jpg

 

 

Mardi 16 mai 2017